Henle – La qualité allemande

Classica, dans son numéro 162, nous présente les partitions Henle.

Outre le Concerto en la mineur, Schumann a écrit deux autres pièces concertantes pour le piano bien moins connues du grand public. Ébauché en deux jours seulement, l’Introduction et Allegro appassionato n’est pourtant pas sans intérêt. Cet opus en un seul mouvement laisse entrevoir un Schumann qui, contrairement à ses habitudes, utilise le piano à des fins virtuoses. La réduction pour le deuxième piano de la partie orchestrale – avec précision des timbres – permet aisément d’interpréter cette œuvre, bien que les mesures, trop souvent scindées sur deux systèmes, altèrent le repérage dans le temps. Une mise en place agréable de la tourne, comme toujours chez Henle, nous permet d’apprécier tout le lyrisme de ce chef-d’œuvre méconnu. Henle poursuit par ailleurs sa publication de l’œuvre du compositeur russe Alexandre Scriabine avec sa Deuxième Sonate en sol dièse mineur. Au début du XXe siècle, Scriabine a su, avec Prokofiev, révolutionner la forme sonate traditionnelle en lui donnant un nouveau souffle. En 1886, cinq ans après les premières ébauches, Scriabine estime que l’œuvre est prête à être publiée. Également connues sous le nom de Sonate-Fantaisie, ces dix minutes de musique en deux mouvements, exigeantes sur les plans musical et technique, présentent un Scriabine encore très " tonal ". Les bons doigtés de Michael Schneidt sont à étudier, sans pour autant oublier de chercher la solution adaptée à la morphologie de chaque main.