Grèves : Valérie Pécresse veut un plan B

En Une du Parisien-Aujourd’hui en France, Valérie Pécresse met la SNCF sous pression. La présidente de la région Ile-de-France veut mettre la compagnie ferroviaire en concurrence.

 

Des conducteurs RER et RATP soumis à des astreintes en cas de grève

Et pas seulement la SNCF dans les trois ans nous annonce le Parisien, mais également les métros et les RER d’ici 2030. Objectif : améliorer le service aux usagers. Ça va intéresser les Franciliens privés de transports pendant un mois et demi, une interview au Parisien-Aujourd’hui en France où la présidente de la région tire les leçons des grèves et veut un véritable plan B en cas de grève, avec des conducteurs RER et RATP soumis à des astreintes en cas de grève pour proposer aux Franciliens un vraie service garanti comme à l’hôpital.

 

 

Mise en concurrence des transports publics : pour Valérie Pécresse, Nicolas Sarkozy n’a pas été assez ferme

Pour en finir avec les situations de paralysie, il faut donc mettre en concurrence les transports publics, ce que Nicolas Sarkozy n’a pas entrepris assez fermement en 2007. Et Valérie Pécresse de rappeler que dans toutes les métropoles où ces transports urbains sont soumis à concurrence, eh bien la grève n’a pas eu d’impact.

 

 

Madame Pécresse déroule donc le calendrier du choix, le choix qui sera proposé aux Franciliens : 2023 pour les lignes du transilien, 2024 pour les bus RATP quant aux RER et Métro il faut avancer de 10 ans, dit-elle, la possibilité de cette mise en concurrence. Reste à mettre en place le dialogue social qui accompagnera cette révolution et à vérifier si la mise en concurrence s’accompagnera réellement d’une meilleure qualité de service.

 

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique