Florian Philippot « Son garde du corps peut très bien avoir eu des tâches d’assistance. Pourquoi cette discrimination contre les gardes du corps ? »

Ce matin à 8h15 sur Radio Classique

Florian Philippot, vice-président du Front National

Invité de Guillaume Durand

« Son garde du corps peut très bien avoir eu des tâches d’assistance. Pourquoi cette discrimination contre les gardes du corps ? »

Extraits :

A propos de Fillon

« 7 Français sur 10 lui demandent de partir. Cet énième document sera probablement assez accablant. Il est utile pour le débat démocratique qu’il passe la main. C’est nécessaire pour relancer le débat et qu’on puisse de nouveau rentrer dans le fond des problèmes. Il y a une accumulation de choses qui fait que ça commence à faire beaucoup. »

A propos du cas (européen) Marine Le Pen

« C’est une question de contrat : son garde du corps peut très bien avoir eu des tâches d’assistance. Pourquoi cette discrimination contre les gardes du corps.»
(…)
« Aucune décision judiciaire n’oblige Marine Le Pen à payer les pénalités qui lui sont réclamés. C’est la volonté de ses adversaires politiques au Parlement européen. Nous sommes combattus en tant que souverainistes, politiquement. Et ce n’est pas à nos adversaires de dire ce qui est respecté ou non. »

A propos du traitement médiatique de Marine Le Pen et du FN

« Plusieurs chaines nous on dit en privé que le 31 janvier on nous a sucré des heures d’antenne entières. Pour tout le FN nous avons perdu des heures d’antenne à cause des primaires de Droite et de Gauche. »
(…)
« Le CSA nous a dit hier qu’il n’était pas possible de transférer le temps de parole perdu sur la nouvelle période. Ça veut dire qu’il y a des règles mais aucune sanction pour les faire appliquer. »
(…)
« Marine Le Pen passera conformément aux règles du service public dans la Grande émission politique. Cette dernière a tenu compte des leçons du passé. Il y a même eu des aveux confiant qu’elle n’avait pas été traitée au même titre que les autres candidats. »
(…)
« Aujourd’hui Marine Le Pen est le seul pôle de stabilité dans cette campagne. La seule qui parle des vrais problèmes des Français et prévoit des mesures de fond pour y remédier. »

A propos des autres candidats à la présidentielle

« En face il y a Hamont, qui retombe tout de suite dans la politique politicienne une fois les primaires terminées. Il drague les verts, les communistes. Il ne s’agit que de jeux d’appareils. Fillon, pas besoin d’en parler. Et Macron c’est « je drague Bayrou, j’essaie de draguer à Droite puis à Gauche et je n’ai pas de programme ». Il est l’homme sans programme, sans idée, sans rien. Ce n’est qu’une couverture de magasine. C’est une bulle destinée à éclater. »

A propos du programme de Marine Le Pen

« La taxe qu’elle propose sur tous nouveaux contrats d’employés étrangers est une priorité nationale à l’emploi. Elle l’a clairement défini dans ses engagements 2017. Nous allons créer une incitation à faire travailler français en France sachant qu’il y a 6 000 000 de chômeurs dans notre pays. Pour ce faire, nous allons appliquer la méthode Theresa May qui souhaite mettre en place la même mesure. Et elle peut juridiquement le faire, même vis-à-vis des Européens, des intra- communautaires depuis le brexit. Ce dernier est une chance incroyable pour le Royaume-Uni car ils sont libres et indépendants et peuvent maitriser leur politique. »
(…)
«Nous voulons produire français ; relancer l’emploi, le Made In France »

A propos du décret anti-immigration de Trump

«Il ne fait qu’appliquer son programme. Dans le projet de Marine Le Pen rien n’est prévu en ce sens. Pour nous, il n’est pas question de fermeture mais de retrouver les frontières nationales perdues depuis Schengen. Marine est la seule à proposer cela. »
(…)
« Lorsque vous êtes illégalement en France, que vous êtes clandestins, vous n’avez pas vocation à rester. Vous devez être reconduit à la frontière. »
(…)
« Il s’agit de retrouver un volontarisme à l’instar de celui initié par Trump. Il faut taxer, dissuader les entreprises qui veulent se délocaliser. Notre pays se vide de sa substance industrielle. »
(…)
« Si nous avons des marchés publics français, alors on produit en France. L’Etat doit défendre des intérêts qui sont aussi ceux des entreprises. Si on a un marché avec des Français qui retrouvent du pouvoir d’achat alors cela incitera les entreprises à rester. »