Fausses informations : « Le gouvernement russe n’est pas le seul à vouloir nous déstabiliser » alerte Mounir Mahjoubi

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du numérique, était l’invité de la matinale de ce jeudi 28 février.

 

Le risque d’ingérence russe dans les élections européennes.

Interrogé sur le risque d’une ingérence russe dans ces élections, le secrétaire d’Etat chargé du numérique a exprimé sa défiance à l’égard du média Russia Today : « Cette rédaction est connue pour des prises de positions fausses, ou l’utilisation de biais dans le traitement de l’information ». Il poursuit : « Le gouvernement russe n’est pas le seul à vouloir nous déstabiliser. Il y a aussi des extrêmes-droites mondiales dans plusieurs pays qui sont très financées et qui se réunissent pour produire massivement de fausses informations ». Mounir Mahjoubi a rappelé qu’il ne souhaitait pas limiter l’usage des réseaux sociaux mais qu’il fallait « veiller à ce que personne ne les utilise pour fausser le débat ».

Quel avenir numérique pour la France ?

« J’appelle chaque français à se poser des questions sur les réseaux qu’il utilise, sur ses données, sur la capacité qu’il a à choisir » a lancé le Secrétaire d’état chargé au numérique. Face à l’hégémonie de certaines plateformes numériques, le ministre a rappelé une de ses récentes initiative : « j’ai envoyé à toutes les administrations un document qui invite à la diversité technologique ». Il s’agit selon le ministre de proposer des alternatives dans des cas de situations monopolistiques afin d’éviter un « enfermement ». Il conclut : « Nous ne devons pas subir notre avenir numérique. Chacun doit y participer et l’Etat sera toujours là pour le rappeler » explique -t-il.

Municipales 2020 : « je le veux très fort »

La future candidature à la mairie de Paris de Mounir Mahjoubi n’est pas un mystère : « Oui, j’y suis prêt. Oui, j’ai un projet. Oui, je le veux très fort. » a-t-il déclaré. Enumérant les différents candidats LREM, il observe qu’il y a » des gens de très grande qualité mais qui incarnent des choses différentes » et que Paris avait besoin de quelqu’un avec « un projet fort et qui change les règles du jeu ».

Une France qui menace d’exploser

« On n’a pas d’autre choix que de tenir nos promesses. Si on ne les tient pas la France explose » a déclaré Mounir Mahjoubi ? Pour le ministre la crise des Gilets Jaunes est un « moment unique de notre histoire » qui a permis « une prise de conscience » et un changement de méthode de l’exécutif : « Il est important de reprendre le temps de réécouter et de redevenir le gouvernement de ce peuple afin de décider [avec lui]. C’est peut-être ça qu’on avait moins fait. » reconnait-il.

 

Arthur Barbaresi