Europe : « Emmanuel Macron brasse de l’air » estime le député (LFI) Adrien Quatennens

Adrien Quatennens, député du Nord de La France Insoumise, était l’invité politique de Guillaume Durand, ce jeudi 14 mars 2019, à 8h15

 

En finir avec “Les incantations européennes” d’Emmanuel Macron

« Aujourd’hui, il faut arrêter les incantations car l’Union européenne est en cours de dislocation » alerte Adrien Quatennens. La parole d’Emmanuel Macron n’a aucun poids en Europe selon lui. « Sa tribune, toute le monde s’en fiche. C’est ça qui est terrible aujourd’hui, c’est qu’Emmanuel Macron brasse de l’air, y compris en matière européenne ». Il poursuit : « Est-ce que l’Europe protège la démocratie quand on soumet les peuples malgré leur vote ? Est-ce que l’Europe protège le climat quand Emmanuel Macron poursuit les traités de libre-échange ? Est-ce que l’Europe protège les droits sociaux quand on autorise les directives du travail détaché ? »

Brexit : « le symptôme de la dislocation »

« Les politiques libérales imposées en Europe sont nécessairement la cause de ce rejet » dénonce Adrien Quatennens. Ce dernier estime que le Brexit est « une conséquence symptomatique de la « dislocation” de l’Union européenne. Pour le parlementaire, les traités de libre-échange sont directement en cause car » ils empêchent une harmonisation sociale et fiscale ». Le député la France insoumise regrette cette « grande compétition où c’est toujours le moins disant social qui gagne. Il conclue : « L’Europe s’est rendue détestable aux yeux des peuples ».

Européennes : « Nous sommes prêts »

« Nous sommes la seule force politique à cette heure qui a un programme méthodique et précis. Nous sommes prêts » affirme Adrien Quatennens. « Le défi climatique est un formidable levier pour relancer l’activité ». En matière de fiscalité, le député souhaite le rétablissement de l’ISF mais aussi une « meilleure répartition de l’effort fiscal » en augmentant le nombre de tranches d’impôts. « Aujourd’hui, tout l’effort fiscal est concentré sur les contribuables les plus modestes » assure-t-il.

Le Grand débat : une diversion ?

« Ce grand débat a été conçu par Emmanuel Macron comme un moyen pour gagner du temps » dénonce Adrien Quatennens. Il accuse par ailleurs le chef de l’Etat « d’avoir tenté toutes les diversions possibles pour faire dire aux gilets jaunes autre chose que ce qu’ils sont. » Interrogé sur les dérives du mouvement, le député a reconnu néanmoins que le mouvement “charriait des contradictions qui sont celles du peuple Français ».

 

Arthur Barbaresi