Et qui plait ? Equilbey.

Laurence Equilbey n’est pas Roberto Alagna. C’est même plutôt le contraire. Elle parle très peu d’elle, de son enfance, de sa vie… Elle vit dans un monde où seule la musique compte et où le reste semble accessoire. Même sa propre personne. Avec passion, humilité et obstination, elle a quand même créé en France un choeur de chambre du niveau des trois ou quatre plus grands en Europe. On aimerait parfois qu’elle se lâche un peu plus dans l’interview. Mais en fait, elle est s’est beaucoup lâchée par rapport à ce qu’elle s’accorde en temps ordinaire.A la fin, elle était assez contente. »Tu es très bon » m’a-t-elle concédé. Contrairement aux invités qui déballent tout et qui détalent à 20 h pile, elle est restée à bavarder et à nous regarder régler les détails du best of du samedi, Yann et moi. Elle traînait comme ces enfants qui ne veulent pas aller se coucher tout de suite. Elle a juste fait la tronche quand elle a su que je parlais encore de « la dame de choeur » dans le chapeau de présentation. Elle ne peut plus supporter ce cliché. Le côté « chef » est revenu à la surface lorsqu’elle a lâché : « Sans cette homonymie entre choeur et coeur, le niveau serait certainement meilleur en France. » Et toc ! Ah, elle n’est pas toujours tendre Laurence. Mais elle sait de quoi elle parle. Donc, exit « la dame de choeur ». Yann, toujours élégant, n’a pas pu s’empêcher d’ajouter : « Et quand tu recevras Brigitte Lahaie, tu l’appelleras comment ? »

Fauré Requiem: In Paradisum Naïve/LEquilbey

Enfance : Ravel : le jardin féérique, version orchestre – Beethoven : mouvement lent du concerto l’Empereur – Schumann : scènes d’enfant: l’enfant s’endort Mirare/Engerer

Programme

Richard Strauss Der Abend Emi/Ericson – Schubert La Jeune fille et la mort: andante – Schubert : Nacht und Traüme Emi/Bostridge – Ravel Daphnis et Chloe: le lever du jour – Haydn 7 dernières paroles: introduction naïve/Equilbey – Dvorak Z

igeuner Melodie, n°4 A.S.von Otter – Fauré : Cantique de Jean Racine