Esther Bejarano remercie la musique et célèbre la vie lors d’un concert-mémoire

A l’occasion du Festival des Cultures Juives 2017, Esther Bejarano donne un concert exceptionnel le dimanche 11 juin à 20h30 à la Cité Internationales des Arts.

Esther Béjarano, déportée à Auschwitz à l’âge de 16 ans, ne peut imaginer une vie sans musique. Alors qu’elle mourait d’épuisement et de faim à transporter des pierres dans l’enfer du camp de travail de Rietz-Neuendort, la musique lui « sauva la vie ». Née dans une famille de musiciens, pianiste et violoniste, elle saisit l’opportunité de fuir le camp pour intégrer l’orchestre d’Auschwitz, quitte à affirmer à tort savoir jouer de l’accordéon, « le piano du pauvre ». Elle survit ainsi jusqu’à s’échapper lors d’une marche de la mort. Elle a alors 21 ans. Depuis, la musique est son moyen d’être témoin des crimes nazis et de lutter contre l’oubli. Ses 92 ans semblent n’avoir aucun effet sur elle : elle chante et rappe, dans un registre inattendu alliant le hip-hop et le folklore juif. Esther la juive chante aux côtés des rappeurs musulmans et chrétiens du groupe Microphone Mafia dans une polyphonie linguistique inouïe. Yiddish, grec, turc, français, allemand, hébreu : tous les mots sont unis pour délivrer un puissant cri de résistance contre le militarisme, le fascisme et la guerre.

Infos utiles :

Cité internationale des Arts, 18n rue de l’Hôtel de Ville, Paris, 4e
Prix d’entrée : 10 euros
Reservations : festivaldesculturesjuives.org