Eric Woerth « Nous travaillerons en très bonne intelligence avec le nouveau Président de la République »

Ce matin à 8h15 sur Radio Classique

Eric Woerth, député LR de l’Oise

Invité de Guillaume Durand

« Nous travaillerons en très bonne intelligence avec le nouveau Président de la République »

Extraits :

A propos des déclarations de Manuel Valls sur son ralliement à Emmanuel Macron

« Il dit ce que pense tous les sortants, députés socialistes. Il y a une logique là-dedans. D’ailleurs, Manuel Valls voulait lui-même recomposer la vie politique mais n’a pas réussi. Il l’a fait à coup de boutoir, de façon trop brutale. Il a raté ce qu’Emmanuel Macron a réussi. »
(…)
« Le succès appelle les hommes et les femmes qui ont envie d’y participer à rejoindre celui qui a gagné. Je pense qu’une bonne partie des députés socialistes demanderont l’investiture d’En Marche. »

A propos de la « scission » de la droite

« Il y a des trajectoires personnelles, des expressions individuelles, probablement des personnes qui essayent de s’organiser. Mais ce n’est pas le cas de l’immense majorité. La droite et le centre ont plutôt bien tenu. Nous avons montré que nous sommes constructifs mais qu’en même temps, il y a des législatives. »
(…)
« Macron veut casser un certain nombre de codes, ce qu’il appelle les anciens partis. Mais il recrée, dans un cadre nouveau, ce qui a déjà existé depuis longtemps. »
(…)
« Je souhaite bonne chance à notre pays. Pour réussir ces 5 ans, nous avons besoin d’une majorité claire, solide et sans ambiguïté, que les électeurs pourront rééquilibrer aux législatives. »
(…)
« Non, la droite républicaine n’est pas cassée. François Baroin a fait les gestes qu’il fallait. »
(…)
« Il est transparent, honnête et souhaitable de dire qui dirigerait ce gouvernement dans le cas où l’on aurait le groupe le plus important à l’Assemblée Nationale. »
(…)
« Nous avons perdu cette élection pour des raisons complétement extérieures, non par nos propositions. Le débat n’a pas eu lieu, les affaires ont tout submergé. Certes Macron a apporté de la fraicheur à la campagne mais il n’a pas eu d’adversaire. »
(…)
« C’est la vérité à 80% que c’est le Canard enchaîné qui a battu la droite. »
(…)
« Nous avons envie de gagner les législatives pour construire une majorité et travailler avec le nouveau Président de la République. »
A propos du programme d’Emmanuel Macron
« Son programme était suffisamment flou et attrape-tout. Macron a fait une campagne de séduction qui a fonctionné. »
(…)
« Sur le marché du travail, nous allons beaucoup plus loin dans les domaines du code du travail, des conditions de recrutement, des seuils, de la capacité à interroger les salariés d’entreprise. Ça change absolument tout. Nous voulons aller très loin dans la réforme du marché du travail. La flexi-sécurité, mettons la en œuvre…»
(…)
« Macron est plutôt au centre gauche, donc il y a des moments de partage. Mais nous avons une vision, la capacité à ne pas simplement être une brocante des idées. Il est dangereux aujourd’hui de donner une majorité à Emmanuel Macron. C’est au contraire rassurant pour la démocratie de lui donner une majorité issue de la droite et du centre pour ouvrir le débat. »

A propos de l’abandon de l’augmentation de la TVA par Les Républicains

« Je proposerai l’abandon de l’augmentation de la TVA prévue par Fillon. Nous devons être clairs : pas d’augmentation d’impôt. »
(…)
« Macron va augmenter de 20 milliards la CSG, ce qui signifie la perte de pouvoir d’achat pour les salariés et notamment pour les fonctionnaires et tous les retraités de France. »
(…)
« D’autres mesures sont nécessaires pour le pays. Nous conserverons la compétitivité comme ligne directrice mais nous voulons en même temps élargir la base de François Fillon. Elle doit parler plus aux classes populaires ; nous devons aller plus vers l’autorité, nous intéresser aux questions d’environnement et de moralisation de la vie publique. »

A propos des « sanctions » à l’encontre de Bruno Lemaire, Edouard Philippe, Xavier Bertrand

« Il n’y a aucune raison de les sanctionner. Ils ont tous dit qu’ils soutiendraient nos candidats aux élections. »
(…)
« Il y aura des exclusions pour ceux qui joueraient sur la carte de l’ambigüité, sur tous les tableaux. »
(…)
« L’équilibre des pouvoirs est de donner une majorité claire à la droite et au centre et nous travaillerons en très bonne intelligence avec le nouveau Président de la République. »