En eaux troubles avec Marc Dugain

On dit parfois que les écrivains français qui savent raconter des histoires n’existent plus. Que c’est en Amérique qu’il faut aller chercher ceux qui mêlent avec maestria la grande histoire du siècle et la petite histoire des peuples en peignant des personnages forts dans des situations tragiques en des époques troubles. Ce n’est pas vrai. Nous avons Marc Dugain. Ecrit à trente-cinq ans, son premier roman, La Chambre des officiers, traitait des « gueules cassées de la Grande Guerre. François Dupeyron l’a porté à l’écran. Avec une plume serrée (comme la gorge du lecteur), il a évoqué l’eugénisme des nazis, L’Insomnie des étoiles, le personnage de John Edgar Hoover dans un livre très documenté, ou encore la figure de Staline, ce grand pervers de l’Histoire, dans Une Exécution ordinaire, qu’il a lui-même réalisé au cinéma, avec André Dussolier. Il vient d’adapter une nouvelle de Tchekhov, Une Banale Histoire, qu’il a mis en scène au théâtre de l’Atelier avec Jean-Pierre Darroussin.
Marc Dugain aurait aimé devenir musicien, mais il souffre d’acouphènes, ce mal étrange et incurable qui se traduit par des sifflements permanents dans l’oreille interne. Certaines personnes qui en sont atteintes songent au suicide. Doté d’une sensibilité à fleur de peau, Marc Dugain se sent plus à l’aise dans l’imaginaire. Cet homme capable de vous transporter dans le passé en décrivant des lieux et une époque avec une vérité saisissante confond les jours dans la vie réelle, se perd dans les rues de Paris et a du mal à retrouver son chemin.
La musique lui provoque une émotion telle qu’il s’en trouve parfois bouleversé au point de ne plus pouvoir en écouter.
Il parle de la mort, du pouvoir, des mystères de la vie avec une grande profondeur. On l’écouterait des heures.
Voici son programme :
Madeleines
25 ème concerto de Mozart 1 er mouvement
Ouverture messe en si de Bach

Romances liées à des histoires d’amour
Fauré Pelléas et Mélisande op80 la mort de Mélisande
Ouverture de la passion St Mathieu de Bach

Classique
Fauré Requiem offertoire
Fauré Nocture n. 1
Rachmaninov Vêpres op 37
Charpentier Te deum tenebrae factae sunt pour Bass et orchestre
Purcell Music for the funeral of the queen Mary
2°concerto pour piano de Chostakovitch (2ème mouvement)