Elisabeth Borne répond à l’accusation de Yannick Jadot

Elisabeth Borne était l’invitée de Guillaume Durand ce mardi 3 septembre. La ministre de la Transition écologique et solidaire et des Transports a répondu à l’accusation d’électoralisme écologique de Yannick Jadot. Elle s’est également exprimée sur la colère des routiers suscitée par la hausse de la fiscalité sur le gasoil ainsi que sur la loi Mobilités actuellement débattue à l’Assemblée nationale.

 

Jadot : « un procès d’intention » pour Elisabeth Borne

Invité hier sur notre antenne, Yannick Jadot affirmait que le gouvernement faisait de l’écologie car « électoralement c’est important d’en faire ». Elisabeth Borne lui a répondu ce matin : « Je ne vois pas très bien ce qui peut lui permettre ce procès d’intention ou de douter de la légitimité de l’engagement du président de la République et du gouvernement dans ce domaine ».  La ministre de la Transition écologique et solidaire a notamment rappelé les « grands objectifs  » du plan Climat et les différents actes de l’exécutif. Elle a par ailleurs déclaré qu’il y avait une « grande prise de conscience de tous les Français, de tous les acteurs économiques et des territoires sur l’importance des enjeux écologiques(…). Je veux en faire une chance pour agir et proposer des mesures concrètes » sur le transport, le gaspillage, le logement.

 

Loi Mobilités  : la vitesse de certaines routes pourra être relevée à 90 km

Alors que la loi Mobilités est actuellement discutée à l’Assemblée nationale, la Ministre a voulu se montrait rassurante notamment envers les automobilistes :  « Nous sommes attentifs à la situation de ceux qui doivent prendre leur voiture tous les jours ». Elle affirme en effet qu’il y a de nombreuses mesures dans le projet de loi qui visent à  « s’assurer que sur tout le territoire on a des solutions alternatives à la voiture individuelle. Elle a également rappelé la mise en place de la prime à la conversion pour permettre aux Français de « passer à des véhicules qui consomment moins; qui polluent moins et pèsent moins sur le pouvoir d’achat. Elle a enfin évoqué l’épineux sujet de la loi sur les 80km/h :  » Je vous confirme que dans le texte qui a été adopté en première lecture à l’Assemblée nationale, il sera possible – quand le texte sera définitivement adopté – qu’un président de conseil départemental, après avis de la Commission départementale de sécurité routière, puisse relever à 90km la vitesse sur certaines routes, comme l’avait annoncé le Premier ministre »

 

Grogne des routiers : réduire la niche fiscale des routiers pour financer les réseaux

« Les routiers ont réagit au fait que nous avons fait le choix de réduire la niche fiscale dont bénéficie le transport routier pour financer nos infrastructures (…), l’entretien qui plus important sur nos réseaux routiers » a expliqué Elisabeth Borne. Elle a ajouté : « Nous avons mis aussi à contribution le transport aérien pour financer des transports plus propres, notamment le transport ferroviaire. (…) Je pense que c’est une décision qui est juste »

Arthur Barbaresi 

Plus d’article de l’invité politique de Guillaume Durand :