Disparition de Guennadi Rojdestvensky

Le chef russe avait 87 ans

Né à Moscou en 1931, Guennadi Rojdestvensky choisit le nom de sa mère afin d’écarter tout soupçon de népotisme, son père, Nikola Ansov, étant lui-même chef d’orchestre. Après des études musicales au conservatoire de sa ville natale, il débute au Théâtre du Bolshoï dont il devient à vingt ans chef d’orchestre titulaire, puis chef principal jusqu’en 1970 en parallèle à l’Orchestre de la Radio et de la Télévision de toute l’Union. En outre, il dirige l’Orchestre Symphonique du Ministère de la Culture d’URSS, ayant pris la succession du fils de Dmitri Chostakovitch, Maxime. Il assure les premières exécutions en Russie de A Midsummer Night’s Dream de Britten et de Spartacus de Khatchaturian. En 1991, il signe un nouveau contrat avec l’Orchestre royal philharmonique de Stockholm après un passage au Symphonique de la BBC puis au Symphonique de Vienne.
Bien qu’il se fasse le champion de la musique soviétique contemporaine en créant quantité de partitions de Schnittke, Gubaïdulina, Chedrine ou Denisov, son répertoire très vaste inclut les grands massifs symphoniques de Bruckner, Sibelius, Nielsen, sans oublier Prokofiev et Chostakovitch. Il est également un partenaire recherché dans le domaine du concerto, accompagnant durant sa carrière une pléiade de solistes prestigieux parmi lesquels Menuhin, Oïstrakh (père et fils), Richter ou Rostropovitch. Très tôt invité en Europe de l’Ouest où il se produit volontiers avec son épouse, la pianiste Victoria Postnikova, Guennadi Rojdestvensky – dont les musiciens apprécient la direction aussi infaillible que personnelle – a enregistré de nombreux disques, notamment pour les labels Melodiya, EMI et Chandos. Guennadi Rojdestvensky nous a quittés ce samedi 16 juin à 87 ans.

Radio Classique lui rend hommage :

« Duault Classique », aujourd’hui à 17h
« Soirée classique » et « Discoportrait », par Francis Drésel mardi 19 juin dès 20h20