Décès de Didier Lockwood

Le « géant français du jazz » avait 62 ans

Formé à la musique classique – il remporte à seize ans son Premier Prix de violon au Conservatoire de Calais -, Didier Lockwood joue très jeune dans tous les styles, même s’il choisit rapidement le jazz comme terrain d’élection de son tempérament artistique. Décliné en arabesques fuselées, animé d’une incroyable vitalité rythmique, son jeu de violon fait des prodiges dans un genre où les instruments à vent se taillent d’ordinaire la part du lion. Il faut dire que le grand Stéphane Grappelli, qu’il admire, lui avait ouvert la voie.
Salué comme « un musicien d’exception » (Renaud Capuçon), un artiste « profondément généreux et communicatif » (Françoise Nyssen), Didier Lockwood est décédé brutalement dimanche matin d’une crise cardiaque à l’âge de 62 ans. Marié dans un premier temps à la soprano Caroline Casadesus aux côtés de laquelle il cultivait des programmes musicaux à la croisée des univers classiques et jazz, il avait épousé en 2015 la chanteuse Patricia Petibon.

Radio Classique lui rend hommage ce soir dans Passion Classique avec la rediffusion de son interview avec Olivier Bellamy