Debora Waldman et Pauline Sommelet nous racontent le destin de la compositrice Charlotte Sohy

Debora Waldman et Pauline Sommelet sont les invitées du Journal du classique ce vendredi 25 juin à 20h à l’occasion de la publication de leur livre « La symphonie oubliée », aux éditions Robert Laffont.

Charlotte Sohy, compositrice, fait partie des grandes créatrices de la Belle Epoque

C’est le destin fascinant de Charlotte Sohy que nous racontent la cheffe d’orchestre Debora Waldman et la journaliste Pauline Sommelet dans un passionnant ouvrage, publié aux éditions Robert Laffont. Née en 1887 et morte en 1955, Charlotte Sohy fait partie de ces grandes créatrices de la belle époque reconnues et appréciées en leur temps mais éclipsées par l’histoire. On découvre, au fil de la lecture de ce récit écrit comme un roman, le parcours d’une femme engagée avec passion dans son art, follement amoureuse et prête à déplacer des montagnes tant pour sa musique que pour l’homme de sa vie. Ce parcours est croisé ici avec celui, tout aussi romanesque, de Debora Waldman, née au Brésil, ayant grandi dans un Kibboutz en Israël et s’étant imposé dans le monde très masculin de la direction d’orchestre au point de devenir la première femme directrice musicale d’une grande institution lyrique française.

A lire aussi

 

« Cette musique est faite pour l’éternité, non pas celle des cimetières et des archives muettes, mais celle des livres d’histoire et des salles de concert du monde entier. La jouer. C’est devenu une obsession, une urgence qui me réveille la nuit » écrit la cheffe d’orchestre à propos de la symphonie de Charlotte Sohy dont elle a découvert la partition grâce au petit-fils de la compositrice, François-Henri Labey, et à laquelle elle donnera vie en juin 2019. Car cette symphonie, composée pendant la première guerre mondiale n’avait jamais été créée ! Elle résonnera de nouveau le 1er juillet à l’Auditorium de Radio France dans le cadre du concert « Femmes de légende » que Debora Waldman dirigera à la tête de l’Orchestre National de France, à l’occasion du festival du Palazzetto Bru Zane.

Laure Mézan

Retrouvez l’actualité du Classique