Dear Mademoiselle : L’hommage d’Astrig Siranossian à Nadia Boulanger

La violoncelliste Astrig Siranossian est l’invitée du Journal du Classique, ce mardi 10 novembre à 20h, à l’occasion de la publication de son album en hommage à Nadia Boulanger, « Dear Mademoiselle », chez Alpha.

 

Leonard Bernstein, Michel Legrand, Astor Piazzolla, Daniel Barenboïm ou encore Quincy Jones ont sollicité l’aide de Nadia Boulanger

« Dear Mademoiselle », c’est ainsi que les élèves de Nadia Boulanger appelaient, souvent avec l’accent américain, celle qui fut l’une des plus grandes pédagogues de la musique du 20ème siècle. Renonçant à la composition après la mort prématurée de sa sœur Lili Boulanger, elle avait choisi de se consacrer aux autres, d’encourager le talent de jeunes compositeurs venus du monde entier et en particulier des Etats-Unis, de les former sans, pour autant, les formater. De Leonard Bernstein à Michel Legrand en passant par Astor Piazzolla, Eliott Carter, Philip Glass, Daniel Barenboïm ou Quincy Jones, des musiciens de tous les horizons venaient solliciter ses précieux conseils et développaient, grâce à elle, leurs propres esthétiques.

A lire aussi

 

Nadia Boulanger favorisa notamment la naissance d’une véritable école de composition américaine, non calquée sur le modèle européen, mais prenant en compte ses racines, puisant dans ses traditions populaires, dans le jazz ou le gospel. « Elle n’a jamais essayé de faire rentrer ses élèves dans des cases, mais les a encouragés à développer leurs propres expressions musicales » nous confie Astrig Siranossian.

 

Nadia Boulanger a contribué au succès de Michael Jackson

Nadia Boulanger a donc encouragé Astor Piazzolla à écrire des tangos et contribuera, d’une certaine façon, aux succès planétaires de Michael Jackson, composés par Quincy Jones, ce dernier ayant toujours revendiqué l’importance de l’enseignement de cette grande dame qui l’avait pris sous son aile, telle une mère de substitution.

A lire aussi

 

Accompagnée par le pianiste Nathanaël Gouin mais également Daniel Barenboïm – dont elle est proche en tant que violoncelle solo du Divan Orchestra – Astrig Siranossian nous offre ici un beau panorama de l’héritage musical de Nadia Boulanger, à travers des pages de quelques-uns de ses plus célèbres élèves, mais aussi ses trois uniques pièces écrites pour violoncelle et piano. Un superbe album, conçu avec tant d’intelligence et servi avec tant d’inspiration !

Laure Mézan

Réécoutez l’intégralité du Journal du Classique en cliquant ici

Retrouvez l’actualité du Classique