Dany Brillant, à contre-emploi

 dany-brillant-05-10-11.JPG

 Il est issu d’une famille de juifs tunisiens qui a quitté le doux pays du jasmin après la guerre des Six Jours et il incarne une sorte de latin lover un peu rétro pour ses nombreux fans. Comme Michel Boujenah, il place la Passion selon saint Matthieu de Bach au-dessus de tout. Cet opéra sacré qui incarne la douleur et l’espoir. Au théâtre, il joue un type égoïste et peu fréquentable alors qu’il est plutôt sympathique dans la vie. C’est dire si Dany Brillant est plus complexe qu’on ne pourrait le croire au premier abord. Son prof de théâtre lui disait : « Sois brillant, Dany », alors il a décidé de choisir ce pseudonyme. Mais tout ce qui brille a aussi une deuxième couche et, pour nous, Dany a accepté de gratter un peu le vernis.
Voici son programme :

1. Bach – La Passion selon St Matthieu
2. Monteverdi – Orfeo
3. Debussy – L’Après-midi d’un faune (prélude)
4. Tchaïkovsky – Le Lac des Cygnes (si on ne passe pas Gershwin…)

Madeleines:
1. Yves Montand – Les Grands boulevards
2. Farid El Atrache – Wayak
3. Miles Davis – Kind of blue