Daniel Duigou : du petit écran à l’Eglise

Olivier Bellamy reçoit le journaliste, psychanalyste et prêtre Daniel Duigou à l’occasion de la sortie de sa lettre ouverte d’un curé au Pape François paru au Presse de la Renaissance (2018).

Daniel Duigou est né en 1948 et a étudié le journalisme et la psychologie. Il commence une carrière de journaliste à la radio puis à la télévision, d’abord à TF1 puis à France 2 où il présente le journal télévisé après avoir travaillé au service économique et politique et devient ensuite rédacteur en chef adjoint de Télé-matin, enfin à France 5. Il pratique également son métier de psychologue et de psychanalyste dans un service hospitalier de soins palliatifs. Mais un cheminement se fait en lui, qui le pousse à entrer au séminaire et à être ordonné prêtre à Amiens en 1999, à l’âge de 51 ans. Il n’a pas tout à fait abandonné son ancien métier puisqu’il a été consultant d’une chaine de télévision au moment du décès du pape Jean-Paul II en 2004. En 2008, il infléchit encore sa vie pour se faire ermite dans le désert marocain, près de Ouarzazate. Il collabore toutefois au journal La Croix et a écrit plusieurs livres dans lesquels il aborde son expérience personnelle et explique quelles évolutions il souhaite pour l’église d’aujourd’hui. A croire qu’il n’y a qu’un pas entre la messe du JT et celle du dimanche.

Le livre est né d’une rencontre imprévue avec le Pape François. Daniel Duigou accompagnait Jacques Gaillot au Vatican. Il attendait dans le petit salon lorsque le pape est venu lui parler : « Nous sommes des frères. Alors comme çà vous êtes le curé de Saint-Merry ? » Et la conversation s’est engagé librement et l’auteur par ce livre a voulu continuer l’échange avec le pape…

L’auteur exprime dans cette Lettre ouverte sa vision de l’Eglise du XXIe siècle : une Eglise conforme à l’esprit de l’Evangile, libérée de son organisation pyramidale et d’un discours encore trop moralisateur. Cette émission sera l’occasion d’en savoir un peu plus sur ses idées réformatrices.

Pour écouter les podcasts de l’émission, cliquez ici.