« Notre-Dame-des-Landes : la ZAD est une zone de non-droit qui ne peut perdurer » Jacqueline Gourault

Ce matin à 8 h 15 sur Radio Classique

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur

Invitée de Guillaume Durand

« Notre-Dame-des-Landes : la ZAD est une zone de non-droit qui ne peut perdurer »

Extraits

A propos de Notre-Dame-des-Landes

« La décision du président de la République sera prise en janvier 2018. »
(…)
« Cette ZAD est devenue une zone de non-droit, avec des gens (…) qui se sont complètement protégés comme dans une forteresse médiévale. En démocratie, ce n’est pas tolérable. »
(…)
« Quelle que soit la décision qui [sera prise concernant l’aéroport], on ne peut pas laisser perdurer cette ZAD. »
(…)
« Au ministère de l’Intérieur, on réfléchit [depuis notre prise de pouvoir] à comment évacuer cette ZAD. »
(…)
« Pourquoi Jean-Marc Ayrault [quand il était Premier ministre] n’a-t-il pas pris de décision ? »
(…)
« Les Français seront satisfaits qu’enfin on prenne une décision pour cet aéroport et qu’il n’y ait plus de zone de non-droit. »
(…)
« Nicolas Hulot est membre du gouvernement, il est dans la même démarche que le président de la République. . »
(…)
« Ce dossier, c’est un tout. Il y a des responsabilités particulières selon les ministères, mais nous sommes évidemment tous solidaires de ce qui se fera à Notre-Dame-des-Landes. »

A propos de la Corse

« Le Premier ministre Edouard Philippe a invité Gilles Simeoni à venir le rencontrer à Matignon, dès qu’il aura pris ses fonctions à la tête de la nouvelle collectivité territoriale. »
(…)
« Ma nomination sur ce dossier est une manière de dire « Il faut un interlocuteur pour la Corse », éviter qu’il y ait dix portes d’entrée sur le sujet. »
(…)
« La nouvelle collectivité de Corse est un expérience nouvelle, c’est la plus décentralisée de notre pays. »
(…)
« Il faut que les 63 élus prennent à bras le corps la collectivité unique, l’appliquent, répondent aux questions qui se posent en Corse. Ils ont une responsabilité importante : il y a [d’abord] tout un travail de mise en place, et nous verrons plus tard les autres questions. »
(…)
« La collectivité unique sera mise en place le 2 janvier 2018. Mais j’ai déjà eu des échanges avec eux : il a fallu, pour le budget, évoquer le financement de la collectivité nouvelle de Corse. Les discussions se sont passées dans un climat très vif et constructif. »

A propos du statut des prisonniers politiques en Corse

« Nous allons discuter [avec eux] de ce sujet. Les prisonniers politiques sont des détenus, le terme-même de « prisonnier politique » est un sujet en soi. »
(…)
« La Corse, c’est la France. Un Etat doit toujours faire respecter ses institutions. »