Coline Serreau en visite opportune

 coline-serreau-31-08-11.JPG

Elle n’a pas de film en promotion, elle travaille sur sa prochaine mise en scène à l’Opéra Bastille (Manon de Massenet, avec Natalie Dessay, en janvier 2012) et sur Consuelo de George Sand pour le cinéma en 2013. Coline Serreau est venue simplement parler de musique, un domaine qui occupe une partie de sa vie puisqu’elle joue de l’orgue depuis son plus jeune âge et qu’elle dirige une chorale qui a fait une tournée estivale dans des villages de la Drôme.
La réalisatrice de Trois hommes et un couffin, La Crise, La Belle Verte, Chaos, Romuald et Juliette ou Saint-Jacques… La Mecque est un véritable amateur au sens noble : passionnée, enthousiaste, mais sérieuse aussi et repoussant sans cesse ses limites.
Au travail, on la dit dure. Elle est exigeante et ne s’accommode pas de l’à-peu-près qui prévaut si souvent. Orfèvre de l’humour intelligent, du conte philosophique et de la satire sociale, elle connaît la mathématique du rire et la mécanique d’horlogerie qui en dépend.
C’est aussi une femme engagée qui cherche des solutions pour la planète pour vivre mieux, de manière plus humaine, plus juste, en accord avec la nature, sans tomber dans la dénonciation rageuse ou le dogme écologiste.
On a hâte de l’entendre à nouveau.
Voici son programme :
1) Ehre sei dir gott – Choeur de Bach de l’Oratorio de Noël (Bach –
WEIHNACHTSORATORIUM (BWV 248), version Gardiner
2) Choeur de la Cantate 64 de Bach, « Sehet welch eine Liebe hat uns der
Vater erzeiget »
3) Robert Schumann – Liederkreis n°5 « Mondnacht » version MATTHIAS GOERNE
4) Franz Schubert : Choeur d’hommes « Die Nacht »

Et les trois madeleines :
Adagio sonate KV 332 Mozart, Maria Joao Pires
Pastorale – Orgue – Bach
Brendel – Choral « Ich ruf zu dir » transcription Busoni, Bach