Claudio Abbado dirige le Philharmonique de Berlin

En 1986, Claudio Abbado cède le poste qu’il occupait à la Scala de Milan à son rival Riccardo Muti ; mais il recule pour mieux sauter : non seulement l’attend la direction de l’Opéra de Vienne – la ville de ses études – mais il est élu, contre toute attente et à l’unanimité des musiciens, à la tête du Philharmonique de Berlin en 1989. Succéder au règne d’Herbert von Karajan n’est pas chose aisée. Aussi le Milanais imprime-t-il sa marque en douceur, allégeant la pâte orchestrale et ouvrant progressivement le répertoire au XXe siècle. Mais Abbado ne s’est pas dérobé au jeu des tournées et à leur ambiance festive, ainsi qu’en témoigne la série des « Concerts européens ».

Ce dimanche, Francis Drésel nous fera entendre plusieurs concerts du grand chef milanais disparu en 2014. Au programme de ce « Grand Concert classique », figurent la Sérénade « Haffner » de Mozart (Philharmonique de Berlin, 1996), le Concerto pour piano et orchestre n° 3 de Beethoven avec Martha Argerich (Orchestre de chambre Gustav Mahler, 2004) et, pour finir, la Symphonie n° 4 « Romantique » de Bruckner (Orchestre du Festival de Lucerne, 2006).