City Lights : Lisa Batiashvili nous envoie des cartes postales sonores

La violoniste Lisa Batiashvili est l’invitée du Journal du Classique ce mardi 19 janvier, à l’occasion d’un concert qu’elle donnera en ligne avec l’Orchestre Philharmonique de Munich et la publication de son album City lights.

Lisa Batiashvili nous entraîne de Munich à Tbilissi, en passant par Paris, Berlin, Helsinki, Buenos Aires ou New York

Son récent album City Lights, sorti sous le label Deutsche Grammophon, s’apparente à un carnet de voyage constitué de véritables cartes postales sonores, d’hommages aux villes qui ont compté dans son parcours. Lisa Batiashvili nous entraîne ainsi de Munich à Tbilissi, en passant par Paris, Berlin, Helsinki, Buenos Aires ou New York, créant, pour chaque étape, un univers sonore, flirtant avec le répertoire traditionnel, la musique de film ou le jazz, grâce à la complicité de Nikoloz Rachveli, auteur des principaux arrangements. Un délicieux parfum de nostalgie souffle sur ce programme qui emprunte son titre à Charlie Chaplin, dont la violoniste revisite quelques thèmes ensorcelants.

 

A lire aussi

 

Et on se laisse d’autant plus attirer par ce périple à travers le monde que nous sommes privés de voyages et contraints à a sédentarisation. Lisa Batiashvili, qui aurait dû jouer cette semaine à la Philharmonie de Paris, sous la direction de Daniel Barenboïm, n’a pu quitter sa ville de Munich où elle remontera cependant sur scène, après trois mois sans concerts. Elle se produira ainsi jeudi soir dans le concerto pour violon de Beethoven avec l’Orchestre Philharmonique de Munich et Zubin Mehta. Un concert donné à huis-clos mais diffusé en streaming, gratuitement, du 30 janvier au 6 février sur le site du Münchner Philharmoniker (mphil.de).

Laure Mézan

Réécoutez l’intégralité du Journal du Classique en cliquant ici

 

Retrouvez l’actualité du Classique