Christian Jacq, le dernier des pharaons

 cjacq_small.jpg

« Si Athènes, Jérusalem et Rome sont nos mères, l’Egypte est notre grand-mère ». Voilà qui est bien trouvé. Auteur à succès et puits de science, conteur merveilleux et esprit universel, Christian Jacq nous a régalés d’une émission riche de culture, de sentiments élevés et de spiritualité comme on a peu l’habitude d’en entendre.
Jamais il ne se lance dans une polémique (dont la partialité systématique trahit souvent l’intolérance autant que l’ignorance), au contraire, il prend la peine de préciser qu’il parle en tant qu’égyptologue et qu’il ne détient pas la vérité. Cela nous donne l’envie de nous plonger dans ses livres les plus sérieux, de découvrir (ou redécouvrir) l’Egypte et d’espérer que ses dirigeants actuels ou futurs sauront trouver la sagesse dont s’enorgueillissait ce peuple extraordinaire sous la haute antiquité et dont la musique de Mozart, ainsi que nous l’a magnifiquement rappelé Christian Jacq, demeure l’une des plus authentiques résurgences.
Voici son programme :

BACH Variations Goldberg, thème initial, Maria Tipo, EMI CD 2 plage 1
MOZART Laudate Dominum, Vêpres solenelles d’un confesseur, K 339 – Maria
Stader, Mozart/Bach/Scalatti, Deutsche Gramophon, plage 12
MOZART Fantaisie en ut mineur K 475 Maria Joao Pires, Mozart, Die
Klaviersonaten, Deutsche Gramophon, vol II, CD 5, plage 4

les mélodies d’amour :

MOZART les Noces de Figaro, Air de Chérubin, Voi che sapete, Sir G. Solti,
Decca, CD 1, plage 11
HAENDEL, Ombre mai fiu, K. Ferrier, Decca, CD 3, plage 5

les 5 musiques :

MOZART , ouverture de la Flute enchantée, Ferenc Fricsay, Deutsche
Gramophon
BACH , Cantate 170, plage 1
MOZART Concerto 23 en la majeur, adagio, Murray Perahia, CBS Masterworks
PURCELL, Didon et Enée, Janet Baker, Decca, la Mort de Didon, plage 16