[Chambord] : « Commenter ce que le Président fait pendant ses week-ends n’a aucun intérêt » Amélie de Montchalin

Ce matin à 8h15 sur Radio Classique
Amélie de Montchalin, députée En Marche de la 6ème circonscription de l’Essonne
Invitée de Guillaume Durand

[Chambord] : « Commenter ce que le Président fait pendant ses week-ends n’a aucun intérêt »

A propos de Chambord

« On fête son anniversaire là où on veut. »
(…)
« Nous sommes un gouvernement de l’action, commenter ce que le Président fait pendant ses week-ends n’a aucun intérêt. »

A propos du projet Macron

« Aujourd’hui nous ne sommes plus dans la peoplelisation. Les Français ont fait un choix très clair, ils ont donné leur chance à un projet et aujourd’hui, nous servons ce projet. (…) On agit avec beaucoup de détermination pour aller vite et fort parce qu’on veut recréer de l’emploi et on veut que la France investisse. »

A propos des réformes

« Il y a deux grands blocages dans notre pays. D’un côté nous avons un marché du travail qui ne permet pas de créer des emplois durables. Nous nous y attaquons. Le deuxième blocage est que nous avons un système financier d’épargne qui ne permet pas d’investir dans les PME. Les PME regardent à 3 ans leur comptes bancaires car elles savent qu’elles doivent rembourser leurs banquiers. On sait que les entreprises regardent à 10 ans et pour aller à 10 ans il faut qu’on ait d’autres outils de financement. Ça ce sont nos réformes. »
(…)
« Macron veut que la France reporte une vision d’universel dans le monde. On a aujourd’hui pris du retard par rapport à la capacité d’influence qu’on a dans le monde car en Europe, nous sommes vus comme un pays qui n’est pas capable de se réformer et parce que, dans le monde, on avait un certain nombre de freins qui nous poussait à ne pas avoir la place qui était la nôtre. »
(…)
« Le politique ne peut pas tout, il fixe le cap, il donne de la mobilisation, il met de la pression dans le système, maintenant les choses se passent par les gens qui font. »
(…)
« Les Français sont des malades d’assurance vie. (…) Aujourd’hui l’assurance vie est très mal allouée. »
(…)
« S’il y a 5% de l’épargne des Français et que les conseillers financiers arrivent à allouer dans les fonds propres de la PME (mettre 5%), c’est une révolution au service de l’emploi et de l’investissement. »

A propos du financement des PME via l’epargne des Français

« Aujourd’hui on cherche pour les PME à peu près 10 milliards d’euros de fonds propres, d’actions dans les PME. Si tous les conseillers financiers font leur métier autrement les 10 milliards sont à portés de mains. »

A propos de Valls

« Valls sert beaucoup. Il a une grande expérience. Il a la place qu’il souhaite avoir. »