Certains Leeb show

C’est une caractéristique bien française d’aimer rire, mais de laisser les responsables de cette hilarité patienter à l’office sans leur proposer de prendre un verre au salon. Traités avec condescendance par la critique ou la profession, les acteurs comiques doivent toujours justifier leur présence hors de leur pré carré. Sans eux, on serait certainement moins heureux et plus cons, mais nous n’avons pas la reconnaissance des côtes, qu’on se tient allègrement en leur compagnie.

D’expérience, je sais que les comiques sont musiciens. Et qu’ils sentent la musique de la manière la plus essentielle qui soit : grâce au rythme. 

Michel Leeb connaît mieux le jazz que la musique classique, mais il a su dire des choses fondamentales sur la musique en général. Et il est toujours intéressant de passer d’un genre à l’autre, de pointer les différences et les points communs. Son programme était d’une grande beauté. 

La passion selon St Jean (Bach) chœur final

Madeleines

– L’enfance : Tchaikovski: Concerto N 1
1er mvt – Van Cliburn

– L’adolescence: L’adagio d’Albinoni


– Anderson : Machines à écrire (Jerry Lewis)

Programme

Le requiem de Fauré – Pie Jesu

Partita en ré mineur (Bach) Chacone (Milstein)

Concerto pour piano n° 19  – 1er mvt (Mozart) Perahia

Variations 12 BGN des Variations Enigma (Elgar)

Peter Gynt -Solveig song (Grieg)

Gymnopédie 1: (Satie) Thibaudet

Concerto n°2 (Rachmaninoff) 1er mvt

Messe en si (Bach) Gloria