Centrale Nucléaire EPR d’Hinkley : EDF vient de connaître un nouveau revers !

La facture du projet de construction de deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley s’alourdit, EDF a annoncé mercredi un nouveau surcoût portant la facture totale à environ 22,5 milliards de livres sterling.

Centrale Nucléaire d’Hinkley : EDF annonce un surcoût de 3 milliards d’euros.

Cette fois-ci, la mauvaise nouvelle vient d’Angleterre. De l’autre côté de la Manche, EDF a remporté un contrat pour construire sur le site d’Hinkley Point deux réacteurs de nouvelle génération. Ce chantier de deux EPR avait comme à Flamanville ou à Okiloto en Finlande déjà connu à la fois des retards et des surcoûts. Et hier EDF a admis que la construction allait coûter au moins 3 milliards de plus, soit une nouvelle hausse de 10% de la facture. Et que la livraison risquait d’être encore retardée.

 

 

Qu’est-ce qui explique cette accumulation de problèmes pour EDF ?

Déjà construire une centrale nucléaire c’est compliqué. Construire une centrale de nouvelle génération c’est encore plus compliqué. Et enfin construire des centrales quand on a perdu l’habitude parce qu’on en construit plus depuis longtemps, ça rend l’exercice encore plus difficile. Areva s’est pris les pieds dans le tapis en Finlande. EDF a du mal en Normandie ou le chantier aura au moins dix ans de retard. En fait, plein de difficultés peuvent s’accumuler. En Angleterre, les travaux de terrassement ont été plus long et plus coûteux que prévu. L’Autorité de surveillance a demandé des ajustements complexes. Et enfin, EDF qui disait qu’ils allaient commencer à acquérir une courbe d’expérience et qu’ils seraient plus efficaces s’est montré trop optimiste.

 

 

Est-ce que cela veut dire que les EPR ne seront jamais rentables pour EDF ?

Plus les années passent, plus on se rend compte que c’est dur et qu’EDF a bien du mal à tenir ses promesses. Pour l’instant la rentabilité du projet d’Hinkley Point s’effrite mais ne s’est pas totalement évanouie. EDF pourra vendre son électricité en Angleterre à un prix garanti. Mais s’ils n’arrivent pas à finir le chantier à temps ou à tenir leur coûts, c’est eux qui assumeront tous les risques. La technologie n’est pas en cause puisque les Chinois ont réussi à faire tourner deux EPR. Mais EDF qui accumule les déboires dans le nucléaire ne maîtrise visiblement plus la situation. On a perdu trop de compétences dans le nucléaire et on doit faire la preuve qu’on est capable de réapprendre parce que pour l’instant on ne peut pas se passer de l’énergie atomique.

 

David Barroux

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux