Cédric Tiberghien joue Chopin

Un partenariat fructueux

Le pianiste français Cédric Tiberghien poursuit son fructueux partenariat avec le label britannique Hyperion puisqu’après une intégrale des Sonates pour violon et piano de Mozart enregistrée aux côtés d’Alina Ibragimova et de trois albums consacrés à la musique pour piano de Bartók, le voici de retour avec un album entièrement dédié à Chopin.

« Cédric Tiberghien fait suivre ces vingt-quatre Préludes de l’une des œuvres d’envergure de Chopin les plus appréciées, la Sonate pour piano n° 2 en si bémol mineur, op.35, universellement connue comme la sonate «Marche funèbre» en raison de son célèbre troisième mouvement. Le scherzo en si bémol mineur, le plus populaire des quatre, débute par une phrase saisissante qui a été citée à juste titre comme un exemple de dédain en musique: une question timide suivie d’une vigoureuse remarque humiliante (…) Vient ensuite l’un des thèmes lyriques les plus inspirés de Chopin (en ré bémol majeur, comme la majorité du scherzo) avant une section centrale dans le style d’un choral. Ici, la musique devient de plus en plus agitée avant d’atteindre un sommet passionné et un retour au sujet initial. La coda est une merveille d’écriture et de conception, car la phrase interrogatrice revient à présent sous une forme modifiée suivie de la réponse. Mais maintenant la question a reçu une réponse—pas avec mépris mais avec accord total, et les deux s’élancent ensemble vers la conclusion triomphale du scherzo. » (Jeremy Nicholas)

Frédéric Chopin : Vingt-quatre Préludes op. 28. Sonate pour piano n° 2. Scherzo n° 2. Cédric Tiberghien, piano (1 CD Hyperion)