Catherine Hermary-Vieille à Trianon

L’écrivain Catherine Hermary-Vieille vient de publier Les années Trianon » sur la vie et les amitiés de Marie-Antoinette. Contrairement à beaucoup de biographes, elle possède une juste distance avec son sujet et un certain discernement. Elle défend la reine de France lorsqu’elle a été injustement attaquée, mais elle sait reconnaître avec objectivité ses faiblesses et ses erreurs. On la sent surtout amoureuse de cette époque. L’écriture permet de vivre aussi dans le passé quand le présent vous semble peu palpitant. Chez elle, la distance est aussi géographique puisqu’elle a choisi de vivre en Virginie, où elle travaille mieux qu’à Paris et où elle joue à la fermière, tout comme Marie-Antoinette.

Voici son programme :

« Le morceau de musique que j’aime par dessus tout :

– Le duo de Papageno et Papagena dans La Flûte enchantée de Mozart » (Fricsay)

« Mes madeleines :

– L' »Ave Maria » de Schubert, joué à mon mariage

– Elégie de Fauré, le musicien préféré de maman

– Bauci e Filemon de Gluck, parce que Marie-Antoinette l’aimait beaucoup

« Morceaux de musique classique :

– « Alcandro, lo confesso », Mozart (Natalie Dessay)

– Widmung  de Schumann

– « An die Musik », Franz Schubert (Kathleen Ferrier)

– « Caro nome che il mio cor », Rigoletto, Giuseppe Verdi (Renata Scotto)

– « Sorgi, o padre », Bianca E Fernando, Vincenzo Bellini » (Montserrat Caballe)