« Si Castaner est maintenu au poste de ministre, c’est une faute très grave » Christian Jacob

Ce matin à 8h15 sur Radio Classique

Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale
Invité de Guillaume Durand

« Si Castaner est maintenu au poste de ministre, c’est une faute très grave »

A propos de Christophe Castaner

« Si monsieur Castaner est maintenu au poste du ministre chargé des relations avec le parlement, c’est une faute très grave. »
(…)
« C’est un ministère qui, pour le grand public, ne représente pas quelque chose de particulier, en revanche sur le fonctionnement de l’Assemblée, c’est un rôle important puisque c’est (…) un ministre, en principe, attentif aux demandes des groupes d’opposition et qui contribue à faire fonctionner l’Assemblée. »
(…)
« Et là mettre un chef de parti comme référent pour les autres groupes politiques, c’est de la provocation. »
(…)
« Il y a un malaise. C’est révélateur d’une forme de mépris du président de la République. »

A propos des maires

« Ce n’est pas une révolte éteinte car les difficultés des maires sont toujours là. »
(…)
« Quel que soit le discours de monsieur Macron, la réalité c’est le budget, la réalité c’est la diminution des dotations depuis plusieurs années. »
(…)
« On sait que la taxe d’habitation ne sera pas compensée au centime près, puisque d’abord elle sera supprimée pour 80% des habitants, les 20% restant vont avoir une belle pression sur le dos. »
(…)
« Les maires sont reconnus comme les élus les plus proches du peuple. Globalement nos collectivités territoriales, notamment nos communes sont bien gérées, les budgets sont équilibrés. »

A propos de la politique de Macron

« Il y a des points sur lesquels nous pouvons nous retrouver, comme les ordonnances sur la loi travail, ce sont des améliorations qui étaient nécessaires. Nous les avions proposées. »
(…)
« En revanche, lorsque nous sommes en face d’un gouvernement qui crée un nouvel impôt sur les propriétaires, qui augmente de 25% la CSG pour les retraités, qui s’attaque frontalement aux familles, [nous ne sommes pas d’accord]. »
(…)
« Le CICE va passer de 7 à 6%, on va augmenter le coût du travail. Tout ça ce n’est pas une politique de droite. »
(…)
« C’est du « dépochage » politicien, c’est ça la réalité des choses. »
(…)
« La responsabilité directe de monsieur Edouard Philippe c’est d’avoir fait chuté (…) une centaine de députés de droite. Son objectif était réussi. »
(…)
« Macron ne fait pas la politique que nous attendons, il n’y a aucune réforme. La réforme des retraites, où est-elle ? (…) Il s’attaque aux pensions des retraités des gens qui ont cotisé pendant 40 ans de la vie, il s’attaque aux professions libérales, aux propriétaires, aux familles. »
(…)
« Au moment où la France subie des menaces terroristes très fortes, on choisit de baisser la garde et de se coucher. »

A propos du refus de Laurent Wauquiez de participer à un débat pour l’élection du Président des Républicains
« Le débat n’est pas nécessaire. (…) Ce n’est pas Laurent Wauquiez. Chacun avait mis des conditions telles qu’il était impossible de trouver un accord. »