Carla Bruni-Sarkozy en confidence

Fille d’une pianiste concertiste et d’un compositeur d’opéra, née dans la patrie de Verdi et vivant sous le ciel de Debussy, Carla Bruni-Sarkozy a étudié le violon, la guitare, le violoncelle avant de devenir auteur-compositeur-interprète, puis première dame de France.
La première fois que je l’ai rencontrée, c’était à l’occasion du premier concert que Radio Classique a organisé à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière, en association avec la Fondation Carla-Bruni-Sarkozy pour la culture. Brigitte Engerer y avait donné un magnifique récital, que j’avais eu l’honneur de présenter, devant une foule de malades, leur famille et le personnel soignant. Ce fut un moment de grâce, de ces moments forts dans la vie où l’on prend conscience qu’on n’exerce pas seulement un métier, mais qu’on a une mission d’aller vers les autres et de leur apporter ce qu’il y a de plus beau. Carla Bruni-Sarkozy m’a parue véritablement investie dans sa fondation qui lutte contre l’illettrisme et qui a pour vocation de faire découvrir la musique à ceux qui en sont privés. Radio Classique s’est ensuite rendue en prison, dans la banlieue de Lille, avec Jean-Claude Casadesus. Les détenus ont été touchés par le concert (on entendait une mouche voler), mais également par le respect et la considération que leur portaient les musiciens (ne serait-ce que de se présenter en habit devant eux et de jouer avec la même perfection que s’ils avaient été à la salle Pleyel). Puis nous sommes allés à Aix-en-Provence pour capter le concert de l’Orchestre Les Siècles, dirigé et animé par François-Xavier Roth, qui ont joué avec quatre-vingts enfants de quartiers difficiles, qui ont appris un instrument sans lire la musique, grâce à l’association A toi de Jouer. Ces enfants ont découvert la musique classique de manière intuitive et sensible. Ils ne la considéreront plus jamais comme une chose lointaine, élitiste, bourgeoise, mais comme un monde d’émotions palpables. Dimanche dernier, nous étions (toujours en association avec la Fondation Carla-Bruni-Sarkozy) à la maison de retraite Lasserre d’Issy-les-Moulineaux. Le Quatuor Modigliani a joué Haydn, Debussy, Mendelssohn et Chostakovitch devant des personnes âgées (la doyenne a cent trois ans) qui ont été profondément émues (le concert sera bientôt diffusé sur Radio Classique). Tout le monde était là bénévolement. A la fin du concert, une dame m’a dit cette belle phrase d’un cancérologue : « Quand on ne peut plus ajouter de jours à la vie, il faut mettre de la vie dans les jours. »
Voici le programme de Carla pour Passion Classique :
Madeleines
Lady Lay de Bob Dylan
Une petite cantate de Barbara
Don’t explain de Billie Holiday
Programme
La plus que lente de Claude Debussy
Valse en la mineur op. posth. de Chopin
« La ci darem la mano » (Don Giovanni) de Mozart
Kindertotenlieder n° 3 de Mahler (K. Ferrier)
La vie : Marche turque de Mozart
La mort : Ave Maria de Schubert
L’amour : Rêve d’amour de Liszt