Cabu, de Charlie Hebdo au Festival d’Aix-en-Provence

 cabu_small.jpg

Difficile de croire que ce dessinateur acerbe, ce caricaturiste impitoyable est l’un des hommes les plus timide, courtois et aimable qu’on puisse rencontrer.
Sa passion pour le jazz qui swingue, qui sourit et qui caresse a fait peu à peu une place à la musique classique, et notamment l’opéra baroque, grâce à l’influence de sa femme. Celle-ci m’a confié, quelques minutes après l’émission, qu’elle avait découvert des aspects inconnus de Cabu au cours de son passage sur Radio Classique.
Voici son programme :

Musique Classique

– Mozart, Noces de Figaro, duo de la Lettre
– Purcell, Fairy Queen, avec B. Britten « O let me weep »
– Purcell, hymne pour la chapelle royale
– Monteverdi, Orfeo : début du premier acte Ritornello de La Musica

Madeleines

– Trenet : Nationale 7
– « Mama, I Wanna Make Rhythm » Cab Calloway
– Duke Ellington : « things ain’t what they used to be » : in 70th birthday
concert.

La mort : La pavane pour une infante défunte de Ravel
La vie : La vie qui va, de Charles Trenet
L’amour : Mozart : Cosi fan tutte. »E nel tuo, nel moi bicchiero », scène du Toast