Beethoven au futur, un concert original pour les 250 ans du maestro

Tous à Lyon le lundi 17 février ! Pour les 250 ans de la naissance de Beethoven, l’orchestre du Gürzenich, phalange historique de Cologne, nous propose un concert fleuve. Sous la houlette du chef François-Xavier Roth, ils nous font revivre le concept d’« académie de musique » de l’époque où s’enchaînent les œuvres de Beethoven et de ses contemporains.

Un projet inédit : faire revivre les académies de musique

Pour les 250 ans de l’anniversaire de la naissance de Beethoven, l’orchestre du Gürzenich de Cologne, ville voisine de Bonn, lieu de naissance du compositeur, a décidé de monter un projet fou : monter un concert à la manière d’une « académie ».

Qu’est-ce qu’une académie ? L’ancêtre de notre concert symphonique, mais bien plus surdimensionnée. A l’époque s’enchaînaient pendant de nombreuses heures des mouvements symphoniques, des musiques de chambre, des airs d’opéra… Pas de pause, pas de rupture, simplement de la musique, sans interruption. C’est de cette manière que les œuvres de Beethoven furent jouées et présentées au public à l’époque.

Le 17 février prochain, l’académie musicale est donc de retour à Lyon ! Une académie de notre temps, avec comme instrument central le piano – que chérissait Beethoven – et comme mot d’ordre : recréer le choc émotionnel que provoquaient ces concerts.

 

 

 

Un dialogue entre les œuvres de Beethoven et les compositions contemporaines

Lors de cette soirée, des extraits des œuvres de Beethoven se mélangent à celles de compositeurs contemporains, Francesco Filidei, Helmut Lachenmann et Bernd Alois Zimmermann. Vous pourrez entendre des extraits de la Cinquième et Septième Symphonies, la Sonate n° 14 « Clair de Lune » ou le Concerto pour piano n°5 « L’Empereur » ainsi que des pièces emblématiques de notre temps qui leur font miroir. C’est, comme l’explique François-Xavier Roth, chef de l’orchestre du Gürzenich, « une sorte de voyage qui va nous amener en point de départ à la musique de Beethoven mais aussi à tout ce qu’il a pu engendrer dans son geste compositionnel, par-delà les siècles, avec des compositeurs qui nous parlent aujourd’hui. »

Pour que l’immersion soit totale, que les préjugés soient abolis, la liste des morceaux joués ne sera distribuée qu’en fin de concert. Alors, prêts pour un grand saut dans l’émotion musicale ?

 

 

A lire aussi

 

 

INTERPRÈTES :

  • Orchestre du Gürzenich de Cologne [Gürzenich-Orchester Köln]
  • François-Xavier Roth, direction
  • Pierre-Laurent Aimard, piano

 

Beethoven au futur à l’auditorium de Lyon le lundi 17 février 2020

 

Retrouvez l’actualité du Classique