Baden-Baden : musique à la lisière de la forêt noire

A soixante kilomètres de Strasbourg, de l’autre côté de la frontière allemande, la petite ville de Baden-Baden recèle un joyau musical : le Festspielhaus, où se produisent les plus grands artistes classiques actuels. Ainsi a-t-on pu entendre samedi dernier le violoniste Frank-Peter Zimmermann, accompagné de la Staatskapelle de Dresde sous la baguette de son chef Christian Thielemann.

Au concerto pour violon en mi mineur de Mendelssohn, interprété avec énergie, succédait la deuxième symphonie de Bruckner. Maintenir l’intensité sans jamais perdre la vision globale des quatre mouvements est l’un des défis de cette œuvre de près d’une heure. Pari relevé pour Christian Thielemann, avec en prime une belle palette de nuances – en particulier dans le deuxième mouvement et dans le final.

Mais à Baden-Baden les contrastes ne résident pas seulement dans la musique. L’architecture joue aussi sa partition. Le Festspielhaus a en effet été construit sur l’ancienne gare de Baden-Baden. En témoignent la façade néo-classique ainsi que les fresques du hall et son guichet en bois « Fahrkarten ». A ce décor délicieusement pittoresque, l’architecte Wilhelm Holzbauer a ajouté à la fin des années 1990 un foyer privilégiant le verre et une salle de concert. De quoi ravir nos yeux autant que nos oreilles. 

La musique résonne donc à Baden-Baden toute l’année, au gré d’une riche saison rythmée par quatre temps forts : les festivals d’Automne, de Pâques, de Pentecôte, et d’été. Parmi les artistes à venir figurent aussi bien la jeune génération (le Quatuor Arod en mars, le jeune chef Jakub Hrůša en mai) que les iconiques Krystian Zimerman ou William Christie. Pour tous les amoureux de la musique, voilà une destination essentielle à s’offrir.

 

Sixtine de Gournay