Anne Brochet, lunaire et spontanée

 anne-brochet-10-10-11.JPG

Elle est arrivée au radar, comme on dit. Baillant à moitié parce qu’elle avait dormi. Répondant à côté, s’excusant, n’étant plus sure de son programme. Et m’a prévenu : « Je ne suis pas une très bonne invitée. » Mais elle m’a plu. Je ne saurais expliquer pourquoi. Elle devait se dire : « Qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter pendant une heure. » De fait, lorsque je lui ai posé la question sur le « désir d’enfant », elle n’a su quoi dire. Pourtant, c’est quand même bien le sujet de la pièce qu’elle joue. Contrairement à ceux qui ont toujours quelque chose à dire sur tout, Anne Brochet avoue sécher, en direct, de manière très naturelle. Et j’avoue que ça m’amuse follement. Elle est une actrice merveilleuse et une personne peu ordinaire. Très spontanée. On ne lui laisserait pas forcément le volant de la voiture ou les clés de la caravane pour partir en vacances, mais on ferait bien une balade avec elle, en marchant sans but dans la nature tout en ramassant des fleurs.
Voici son programme :

Madame butterfly : entrée de Butterfly (1er acte) Renata Scotto
Ode for saint cecilia’s day de handel.
Danse hongroise n° 6 Brahms .
schumann: winterszeit opus 68 Album pour la Jeunesse

Madeleines:
Le fantôme de l’opéra
My fair lady
Il était une fois en Amérique