André Rieu, Richard Clayderman et Rondo Veneziano : David Abiker ose TOUT sur Radio Classique !

istock

Demandez le programme vous propose de retourner à la fin des années 60 et au début des années 70. Les Français ont profité des 30 glorieuses et se sont tous équipés d’une chaîne ou d’un radio cassette. C’est l’apparition d’artistes classiques qui vont vulgariser la musique comme André Rieu, Richard Clayderman, Saint-Preux ou Rondo Veneziano.

Grâce à André Rieu, les Français découvrent la valse n°2 de Chostakovitch

André Malraux et ses MJC ont inventé l’idée de démocratisation de la culture et la société de consommation rattrape la musique classique qui n’entre plus seulement dans les foyers par le chemin de la radio ou de la télévision publique. C’est l’apparition d’artistes de style classique qui vont vulgariser la musique. Ils vont la vulgariser au point de devenir des stars populaires et au risque de heurter le goût de la critique et des milieux académiques de la musique. Démarrons en douceur avec Saint-Preux et son Concerto pour une voix interprété par Danielle Licari. Saint-Preux alias Christian Langlade compose cette musique en 1969, il a 22 ans à peine. Danielle Licari avait d’ailleurs prêté sa voix à Catherine Deneuve dans Les Parapluies de Cherbourg. 3 millions de disques s’écoulent en France en quelques semaines tandis qu’il s’en vendra 30 millions dans le monde entier dans les mois qui suivent. Le Concerto pour une voix est sans doute l’un des plus fameux marqueurs sonores de l’entrée de la France dans les années 70.

A lire aussi

 

Certains amateurs de grande musique verront leurs cheveux se dresser sur la tête tandis que d’autres admettront que toutes les interprétations – même les plus onctueuses – peuvent mener aux chefs d’œuvres.  Prenons André Rieu, excellent violoniste hollandais qui a mis son archet au service de la vulgarisation. C’est grâce à lui que les Français découvrent la valse jazz de Chostakovitch que vous entendez également dans une publicité des années 80 pour une compagnie d’assurance. Des millions d’albums s’écoulent avec également des adaptations populaires et des raccourcis de Ravel ou de Beethoven menant à des super productions dans le monde entier. Avec notamment, une reproduction du château de Schönbrunn servant de décor à ses concerts et un musicien devenu un super producteur. Voici sa Chiquita…

Nous pouvons aussi citer Jean-Christian Michel, clarinettiste virtuose qui a joué avec les plus grands jazzmen comme Duke Ellington ou Stéphane Grappelli. A l’orée des année 70, il devient célébrissime. Musique relevant d’un mélange entre le sacré et le jazz, il s’autorise à enregistrer le concerto d’Aranjuez de Rodrigo.

Mathé Altery, jeune soprano connaîtra quant à elle, le succès entre les années 50 et 70 en chantant des airs d’opérette. On la retrouvera parfois dans La Chance aux chansons interprétant ses grands succès dans l’émission de Pascal Sevran. Le 27 avril 1972, le compositeur et percussionniste Marc Chantereau est invité chez Guy Lux dans l’émission Cadet Rousselle. Marc Chantereau est un musicien de studio que les grands de la chanson française connaissent bien. Johnny Hallyday, Serge Gainsbourg, Françoise Hardy, Claude François, Véronique Sanson travaillent, ont travaillé ou travailleront avec lui. Chez Guy Lux, Chantereau interprète au marimba le vol du bourdon de Rimsky Korsakov, plus qu’une interprétation, c’est une performance.

Ballade pour Adeline de Richard Clayderman est inspirée de Frédéric Chopin

Philippe Pagès est né quant à lui, dans une famille de musiciens. En 1953, il entre au conservatoire de Paris. A sa sortie, il travaille comme musicien de scène et accompagnateur. Mais en 1976, il publie ce qu’on appelait à l’époque un 45 tours composé par le producteur Pierre de Senneville. Cette balade à la mélodie simple va se vendre dans 38 pays et 22 millions de disques vont s’écouler. Philippe Pagès est devenu Richard Claydermann.

Ballade pour Adeline, le plus grand succès de Richard Clayderman, c’est ce succès qui lui ouvre une carrière internationale au cours de laquelle il enregistrera près de 1 600 titres, vendra 90 millions de disque et donnera plus de 2 000 concerts tout en alignant 360 disques d’or. Sa valse est inspirée par Frédéric Chopin. 3 ans après Ballade pour Adeline, un groupe emmené par le compositeur italien Gian Piero Reverberi achève un album qui sortira en 1980. Le groupe s’inspire de la période baroque vénitienne et y ajoute un soupçon de pop. Les musiciens jouaient sur scène en perruque poudrée et costume du 18e siècle. Le Rondo Veneziano était né et paré pour une carrière de 30 ans.

 

Ces années sont celles où la musique classique fut poussée dans ses retranchements jusqu’à ulcérer les amateurs de grande musique. Le grand public lui, ne bouda pas son plaisir. De son côté, Waldo de los Rios est argentin, pianiste, compositeur et chef d’orchestre. Il va se faire une spécialité d’adapter des grands classiques en y ajoutant de la batterie, du synthétiseur ou des arrangements pop. Il va connaître un certain succès en arrangeant le Nabucco de Verdi ou en revisitant le 1er mouvement de la Symphonie n°40  de Mozart. Pour les puristes, je vous avais prévenu, ce sera peut-être l’un des moments les plus terribles de cette émission. Les années 70 sont aussi celles des premiers vrais synthétiseurs, l’Américain Wendy Carlos adapte Bach au piano et au clavier électronique. Syrinx, alias Simon Stanciu est lui un joueur de flûte de pan. On lui doit une adaptation du Concerto pour hautbois d’Alessandro Marcello qu’il crée le 6 janvier 1975, lequel va clore les soirées d’Antenne 2 et mettre le bourdon à des générations d’insomniaques. Pour les traumatismes et l’écoute psychologique ou pour les plaintes à la direction de Radio Classique vous pouvez aussi m’écrire.

David Abiker

Retrouvez l’actualité du Classique