Alonso Lobo par La Grande Chapelle

Superbe découverte que ce disque consacré à Alonso Lobo par les chanteurs de La Grande Chapelle, jeune ensemble adepte du répertoire espagnol.

Les chanteurs de La Gran­de Chapelle, jeu­ne ensemble adepte du répertoire espagnol, nous ont déjà fait ­découvrir de maints joyaux méconnus. De précédents disques de l’ensemble avaient en effet permis de connaître d’intéressantes figures du XVIIe siècle espagnol, tel Cristóbal Galán (Lauda, 2010). Mais aucune de ces œuvres redécouvertes, semble-t-il, n’atteignait la splendeur des deux messes réunies sur ce disque. Œuvres d’un compositeur très estimé par ses contem­porains, maître de chapelle à la cathédrale de Séville, puis à celle de Tolède, ces messes-parodie sont toutes deux basées sur des motets du maître de Lobo lui-même, qui l’a notamment formé à Séville, Francisco Guerrero.
Les deux messes diffèrent pourtant par leur style : pour apprécier pleinement la première, légèrement plus austère, il n’est pas inutile de lire la description donnée par le livret – remarquable d’ailleurs – de certains des canons qu’elle contient. Inaudibles à la première écoute, pour la plupart – canons rétrogrades, ou suivant d’autres systèmes plus complexes encore -, ils ouvrent néanmoins des perspectives d’écoute littéralement hallucinantes, dans un second temps. La seconde messe laisse moins de place aux canons, mais davantage aux audaces harmoniques : elle est aussi supérieure dans sa réalisation par l’ensemble, atteignant véritablement des sommets expressifs. Doublée par un orgue discret, de texture plus dense que la Missa Prudentes virgines, c’est là un véritable bijou, qui traverse des teintes chromatiques audacieuses et subtiles. Un aspect qui invite à la comparaison avec l’art du Greco, exact contem­porain du compositeur à Tolède.
Alonso Lobo (1555-1617)
Missae " Prudentes virgines " et " Beata Dei genitrix "
La Grande Chapelle,dir. Albert Recasens
Lauda LAU013 (Harmonia Mundi). 2012. 61′
Nouveauté