Alexandre Tharaud, dis quand reviendras-tu ?

Juste avant le début de l’émission, je souffrais d’un point douloureux à l’épaule gauche, et Alexandre Tharaud s’est très gentiment proposé de me faire un petit massage. En quelques minutes, il a fait des miracles avec douceur et précision. Malheureusement, cela m’a rendu quelque peu amorphe, comme si j’avais pris un béta-bloquant. Je me suis senti moins concentré que d’habitude et trop confiant.
Heureusement, Alexandre a été parfait. Il a juste paru légèrement agacé lorsque je l’ai lancé, peut-être de manière trop insistante et intrusive, sur ses fameux TOC. Mais il a su lever un coin du voile sur les mauvais rêves des pianistes. Le public n’imagine pas tout ce que les artistes endurent. Il n’y a pas que le trac, il y a aussi ces angoisses, ces cauchemars récurrents, ces phobies qui empoisonnent leur vie. Glenn Gould se lavait les mains cent fois par jour. Nicholas Angelich a la phobie du verre brisé. Nelson Freire ne supportait pas, enfant, qu’on le touche. Piotr Anderszewski est resté des semaines à regarder son plafond. Vladimir Horowitz a subi des séances d’électrochocs. Martha Argerich ne peut pas dormir la nuit. Et Alexandre Tharaud rêve d’animaux. Si « ces grands fous qui nous gouvernent » ont souvent produit le pire, ces grands fous qui nous enchantent ont bien du mérite.
Voici son programme :

Trois madeleines:
– une pièce de Chopin par tamas vasary
– Messager « poussez l’escarpolette » extrait de Véronique (Yvonne Printemps)
– Ray Ventura « Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux »

1/ Mozart : Concerto n° 19 – 1er mvt par Clara Haskil
2/ Szymanowsky Prélude, Frederic Vaysse-Knitter (nouveauté Intégral)
3/ Scarlatti une sonate au choix par Pierre Hantai (mirare)
5/ schumann 4e étude pour piano pédalier par piotr anderszewski (virgin)
6/ Bach une suite au choix par J.G. Queyras (HM)
7/ Scarlatti une sonate au choix par Guilels (BBC)
Ce qui représente l’amour: Babara « Pierre »