Alain Rey, majeur !

 alain-rey_small.jpg

Non seulement c’est un érudit du langage, mais c’est aussi un mélomane de premier ordre.
Son dictionnaire historique de la langue française est l’un des livres de chevet de Donat Vidal-Revel, le patron de la rédaction de Radio Classique, et du pianiste Cédric Tiberghien.
A certains auditeurs pinailleurs qui reprochaient à Alain Rey de ne pas marquer toutes les négations, il faut rappeler que ce qui constitue une faute à l’écrit ne l’est pas forcément à l’oral. Il s’en est d’ailleurs exprimé dans un livre fustigeant les puristes et les censeurs de tout poil.
Voici son programme :

Cinq morceaux :

. J.S. BACH – SUITE ANGLAISE N° 2. Glenn Gould

. « « « – L’OFFRANDE MUSICALE. Gustav Leonhardt et Wieland Kuijken

. BEETHOVEN – TRIO EN RE MAJEUR Op. 70 par Barenboïm – Zuckerman – du Pré

. CHOPIN – UNE MAZURKA dans ALEXANDRE THARAUD, JOURNAL INTIME

. LA TARENTELLA – air chanté par L’Arpeggiata et Cristina Pluhar

« Madeleines » :

. BRAHMS – VARIATIONS SUR UN THEME DE HAYDN – Op. 56 a, par
Eduard von Beinum and the Concertgebouw

. BERLIOZ – PASSAGE DE LA DAMNATION DE FAUST par Colin Davis (Philips)

. DEBUSSY – DR. GRADUS AD PARNASSUM du Children’s Corner par Walter Gieseking

Vie :

. PURCELL – WELCOME TO ALL THE PLEASURES – Deller Consort

Mort :

. MALHER – KINDERTOTENLIEDER N° 3 – par Kathleen Ferrier et Bruno Walter

Amour :

. MONTERVERDI – COURONNEMENT DE POPPEE (Duo Néron Poppée)