30.04.2016 : Une minute avec Schubert – Episode 14 : « La foi »

Olivier Bellamy, animateur de Radio Classique, s’est passionné l’été dernier pour Franz Schubert et nous raconte l’histoire du compositeur dans une vingtaine de chroniques audio inspirées de son livre « Un hiver avec Schubert ». Lisez et écoutez chaque semaine un épisode de notre série sur Schubert. Voici le 14ème épisode : « La foi »

Sans être un libre penseur ou un dévot, Schubert possède une foi teintée d’inquiétude, qui est la marque des grands esprits sensibles. Il se tient à l’écart du catholicisme rigoureux de son époque, car à ses yeux l’amour de Dieu et des Hommes ne fait qu’un. La foi de Schubert rappelle celle de Mozart : ce sont deux catholiques amoureux des plaisirs de la vie, poètes, et philosophes. Si Mozart, lui, plaçait l’amour au-dessus de tout, Schubert – pour qui l’amour est trop associé à la douleur – place la foi au sommet de son chemin d’artiste. « Pour comprendre quelque chose », dit-il, « je dois d’abord croire à quelque chose ». Cette foi s’exprime tout naturellement dans son Ave Maria dont Yehudi Menuhin disait que c’était une mélodie qui faisait naître chez toute personne un sentiment d’élévation spirituelle. Schubert s’est rendu compte du pouvoir de ce chant, né spontanément sous sa plume. « Cela provient je crois », disait-il, « de ce que je ne me force jamais au recueillement ». Car Schubert, tout en étant un génie, sait s’agenouiller devant le mystère.