Législatives : La mobilisation anti-Macron « moins forte que ce qu’espéraient ses adversaires », selon Bernard Sananès

Parlement européen / Flickr

Bernard Sananès, le président de l’institut de sondage Elabe était l’invité de la matinale de Radio Classique. Il a présenté le premier baromètre de confiance Elabe du nouveau gouvernement. A 9 jours des législatives, les résultats sont plutôt sévères pour Emmanuel Macron, Elisabeth Borne et l’équipe gouvernementale.

32% des Français font confiance à Emmanuel Macron, en baisse de 2 points

La fébrilité gagne le camp de la macronie, un phénomène décrit sur l’antenne de Radio Classique par l’éditorialiste Guillaume Tabard. Un constat que partage Bernard Sananès : « la majorité n’est pas acquise » pour le camp du président Macron : « la majorité absolue d’En Marche n’est pas garantie, ni celle de Renaissance, ce regroupement des forces politiques autour d’Emmanuel Macron ». Selon les projections d’Elabe, Renaissance obtiendrait entre 275 et 315 sièges à l’Assemblée nationale, or la majorité absolue est à 289. « Cela nous promet des soirées électorales animées ! » sourit Bernard Sananès. Selon le sondage Elabe pour Radio Classique et Les Echos publié ce 2 juin, 32% des Français font confiance à Emmanuel Macron, 2 points de moins qu’il y a un mois. Le plus notable, selon l’invité de Renaud Blanc, c’est que le recul se situe principalement au sein de l’électorat d’Emmanuel Macron. Il perd 8 points de confiance chez ceux qui ont voté pour lui au premier tour, ou chez les sympathisants de la majorité présidentielle, et baisse d’autant chez les retraités.

A lire aussi

 

La nomination d’une femme à Matignon n’a pas créé d’impact particulier dans l’opinion

Pour Bernard Sananès, « Emmanuel Macron, Elisabeth Borne et le gouvernement cumulent à la fois l’impopularité qui s’est installée au cours du premier mandat et de l’absence d’élan depuis la formation de la nouvelle équipe gouvernementale ». Toutefois, la baisse de confiance en l’exécutif est à nuancer, selon le président d’Elabe. « Le taux des gens qui ont une hostilité forte pour le président de la République ne bouge pas, il est stable », explique-t-il, estimant que « cela pourrait vouloir dire que la mobilisation anti-Macron est un peu moins forte que ce qu’espéraient ses adversaires politiques ». Pendant ce temps, la Première ministre Elisabeth Borne est encore mal connue des Français : le sondage Elabe montre que 22% des personnes interrogées ne se prononcent pas. « Elle démarre avec une confiance plus fragile que ses deux prédécesseurs », pointe Bernard Sananès, jugeant qu’elle « endosse l’impopularité du président ». Autre fait notable, la nomination d’une femme à Matignon pour la deuxième fois dans l’histoire de la Vème République n’a pas créé d’impact particulier dans l’opinion.

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez l’invité de la matinale