Haut débit

Bas débit

Retour au direct

--:-- / --:--

Voir la grille des programmes

Réécouter toutes les émissions

retour au banc d'essai

BANC D'ESSAI : LES LECTEURS DE L'ANNÉE 4/9


septembre 2014 - par P. V. - Article paru dans le N°165 de Classica


Nad c 546BEE

Les connaisseurs le savent, les néophytes le découvriront : ce n’est pas la beau té de l’objet que l’on recherche en approchant un produit Nad. Cette couleur grisâtre et cette finition en plastique ont, reconnaissons- le, de quoi en décourager certains. C’est dommage car le C 546BEE est d’un maniement agréable. Il propose en effet à travers les touches de façade la possibilité d’afficher différentes informations et de choisir entre le CD et une clef ou un périphérique USB. Un port dédié est en effet accessible. À l’arrière, rien à signaler de plus que les traditionnelles sorties analogiques (RCA) et numériques, optique et coaxiale. À l’intérieur de l’appareil oeuvre un circuit Wolfson 24 bits/192 kHz.


Écoute

Cet étonnant lecteur parvient à lester les sons sans les alourdir : leur densité et leur relief ne s’opposent effectivement jamais à la vitalité rythmique ni à la lisibilité des plans sonores. Les basses ont naturellement de la matière (on pourrait parfois les imaginer plus fermes) mais les fréquences supérieures aussi, ce que des appareils de cette catégorie ne savent pas toujours proposer. Aussi les aigus de la soprano ne se limitent-ils pas à un simple filet de voix et ceux du violon à un nuage sonore. Aucun risque, donc, de subir des timbres aigrelets ou schématiques. Le piano déploie ainsi toutes ses harmoniques et fait entendre différentes lignes. Les enregistrements d’orchestre laissent percevoir un emplacement très précis des pupitres dans une acoustique de salle bien définie. Mais ce sont surtout le naturel et l’élan avec lesquels le 546BEE
accompagne la musique qui font son prix.

retour au banc d'essai