Haut débit

Bas débit

Retour au direct

--:-- / --:--

Voir la grille des programmes

Réécouter toutes les émissions

retour au banc d'essai

Banc d'essai CINQ ENCEINTES ET UN CASQUE SANS FIL


juin 2014 - par PHILIPPE VENTURINI - Article paru dans le N°163 de Classica


Les fils ont toujours entravé la liberté du mélomane vagabond et offert un aspect bien peu esthétique. Le développement du smartphone et des technologies tels le Bluetooth et l'AirPlay ne pouvaient qu'avoir des répercussions sur la haute-fidélité traditionnelle. Elle tente désormais de s'affranchir de ses liens gênants.

Le meilleur choix : AUDIOENGINE A5 +

Le modèle A5 + de cette société américaine fondée en 2005 ressemble à une enceinte de contrôle par son format compact et son fonctionnement. Moins haute qu'une feuille A4, elle réunit deux haut-parleurs : un tweeter à dôme en soie et un transducteur de grave-médium de 13 centimètres en Kevlar. Dite active, elle dispose d'une amplification intégrée (2 x 50 W) dans l'une des deux unités. Il suffit alors de lui brancher, par exemple, un lecteur de CD pour disposer d'un système stéréophonique complet. Deux entrées, l'une RCA, l'autre mini-Jack, sont ainsi présentes à l'arrière de l'enceinte ainsi qu'un port USB pour recharger un smartphone. Il faut alors relier les deux enceintes par un câble traditionnel. Le réglage du volume peut s'effectuer par télécommande. À cette paire d'A5 +, il est possible d'adjoindre un kit D2 (499 euros) de transmission sans fil, un émetteur et un récepteur pas plus volumineux qu'un coffret de CD qui peut traiter des signaux numériques jusqu'à 24 bits/96 kHz à partir d'entrées USB et optique.

Écoute

Il peut certes paraître étrange de mettre en avant un tel modèle, peu encombrant, donc inévitablement limité et accessible, voire bon marché dans sa version de base. L'A5 + ne saurait prétendre à la palme de la meilleure enceinte du monde mais, eu égard à son prix et son volume, elle se révèle tout simplement étonnante. Bien sûr, l'extrême grave et la puissance d'un orchestre symphonique font défaut. Mais dans le cadre d'une écoute domestique, ce modèle se montre parfaitement capable de restituer avec un grand naturel le timbre et le volume justes des instruments, les acoustiques de salles et une large palette de nuances. La restitution musicale varie alors au gré des prises de son et n'enferme jamais l'auditeur dans un univers sonore unique. L'A5 porte bien son +.

Prix : 399 € la paire en noir ou blanc et 469 € en finition bambou plus le kit D2 (499 €)
Pour : le concept évolutif, la qualité musicale
Contre : extrême grave tronqué

 

Avantgarde Acoustic ZERO 1

Avantgarde Acoustic se spécialise dans la fabrication d'enceintes à haut rendement et à pavillons. Les ingénieurs de cette société allemande ont décidé de faire oublier l'encombrement naturel qu'impose cette technologie par un dessin toujours très étudié, très moderne, très... avant-gardiste. Aussi ne cherche-t-on plus à dissimuler les enceintes, mais on les expose comme des objets d'art. Il faut reconnaître que les lignes très pures de la Zero 1 sont du plus bel effet. Mais là ne se concentre pas l'essentiel. Ce modèle réunit ainsi dans un coffret en polyuréthane moulé non seulement les haut-parleurs d'un système à trois voies mais aussi une amplification. Le haut-parleur de grave de 30 centimètres de diamètre, le médium de 12,5 cm et le tweeter de 2,5 cm disposent ainsi chacun de leur propre circuit. Équipé d'un convertisseur numérique-analogique à 24 bits Burr-Brown, ce système peut recevoir cinq sources via des entrées USB 2.0, optique, deux coaxiales et une symétrique AES/EBU par prise XLR. La transmission entre les deux enceintes s'effectue sans fil.

Écoute

Incontestablement belle à voir, cette enceinte est-elle agréable à écouter ? Non seulement agréable mais aussi impressionnante par le relief en trois dimensions qu'elle parvient à sculpter. La disposition des pupitres dans l'espace se perçoit sans la moindre peine. La polyphonie instrumentale se suit avec une lisibilité maximale. Les bois d'un orchestre ne disparaissent pas derrière la forêt des cordes mais ils font entendre les nuances les plus ténues. Les timbres se montrent en outre d'une étonnante justesse. Aussi la voix n'accuse-t-elle aucune sifflante ni aucune dureté et elle s'épanouit dans la salle d'écoute avec un naturel déconcertant. Évidemment, une enceinte de ce volume parvient à reproduire avec réalisme les basses et la dynamique d'un orchestre. L'illusion est troublante. Cette Zero 1 mérite amplement un dix sur dix.

Prix : 12 000€ la paire
Pour : un réalisme étonnant et un design superbe
Contre : le prix?

 

Eclipse TD-M1

De gros œufs d'autruche, de petits ballons de rugby ou des obus. Quelle que soit la référence, les TD-M1 ne ressemblent pas à des enceintes traditionnelles mais elles restent fidèles aux autres modèles du constructeur japonais. Ce produit étonnant repose sur un pied qui intègre l'électronique, à savoir la conversion (24 bits/192 kHz) et l'amplification. Ce duo n'a en effet besoin que d'une source, a priori numérique, mais une entrée analogique par miniprise Jack est disponible pour construire un système stéréophonique. La transmission des données peut s'effectuer par un câble, USB-A pour un smartphone, USB-B pour un ordinateur, mais aussi par Wi-Fi (antenne intégrée) et AirPlay. Il n'y a plus qu'à sélectionner l'entrée et régler le volume grâce à un jeu très simple de diodes lumineuses qui auréolent la base de l'enceinte principale. Signalons qu'il faut un câble entre les deux enceintes. À l'intérieur de chaque coque s'échafaude une mécanique destinée à neutraliser les vibrations et à accueillir l'unique haut-parleur à large bande de 8 centimètres de diamètre.

Écoute

Non, bien sûr, la TD-M1 ne va pas donner l'illusion de recevoir un orchestre symphonique ou un grand orgue dans son salon. Le grave a d'incontestables limites dans ses fréquences les plus basses. Mais ce n'est pas le plus important. Le plus important et le plus réussi est l'équilibre avec lequel la TD-M1 sait restituer la bande passante sans éclairer ni obscurcir telle ou telle zone. Elle se garde donc de durcir l'aigu (voix pulpeuses, cordes soyeuses) ou de surcharger le grave (la main gauche du pianiste reste visible, la basse continue se suit sans peine). Et la disposition des pupitres dans l'espace suit une géométrie rigoureuse qui ne varie pas au gré des décibels.
Prix : 999 € la paire
Pour : le design et l'équilibre global
Contre : extrême grave court

 

Advance Acoustic AIR 50

Fidèle à sa réputation, Advance Acoustic propose une solution originale et bon marché. Cette paire d'enceintes dispose en effet d'un récepteur Bluetooth aptX qui permet la transmission sans fil des données depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur. Un circuit d'amplification de 2 x 50 W va ensuite animer les deux haut-parleurs, un médium-grave de 13 centimètres de diamètre et un tweeter à dôme. Une entrée auxiliaire permet de recevoir un signal analogique à partir, par exemple, de la sortie casque d'un téléviseur ou d'un préamplificateur. Enfin, le réglage du volume assure un niveau sonore idéal en fonction de chaque source.

Écoute

Il faut bien avoir à l'idée que l'on écoute non pas une simple paire d'enceintes mais aussi un amplificateur ; le tout pour 330 euros. Alors, certes, on peut espérer un aigu plus raffiné (cela dit jamais vulgaire), un médium un peu plus nuancé, des couleurs choisies. Mais tel quel, ce système procure de réelles satisfactions musicales et permet de reconnaître les bons enregistrements des moins bons. L'image stéréophonique se déploie sur de généreuses dimensions. Et le résultat est de toute façon infiniment supérieur à ce que peut offrir une simple enceinte sans fil à ce prix.
Prix : 330 € la paire
Pour : le concept, le prix, l'équilibre
Contre : une légère monochromie

 

Focal Easya

Elle ressemble à une enceinte colonne classique. Mais pour tout branchement n'apparaissent que les fils secteur : les Easya sont en effet actives, donc amplifiées. La transmission de la musique s'effectue sans fil depuis un boîtier appelé un " hub ". Il dispose d'entrées analogiques (RCA, mini-Jack) et numériques (optique, coaxiale et USB). Il peut aussi capter, sans fil, les données émises par un ordinateur ou un smartphone grâce à la technologie Bluetooth apt-X. Chaque enceinte est équipée d'un amplificateur de 85 W, d'un haut-parleur de médium-grave de 13 centimètres de diamètre en polyglass et d'un tweeter à dôme inversé en alliage d'aluminium et de magnésium.

Écoute

Conformément à l'esthétique du constructeur stéphanois, le son reste bien défini et organisé avec soin dans l'espace. D'un enregistrement à l'autre, la géométrie sonore varie, les acoustiques de salle changent. On aurait cependant aimé un peu plus de soyeux et de raffinement dans le registre supérieur (clavecin, cordes). Le médium et le grave se dessinent d'une main sûre et demeurent dynamiques. Une piste à suivre.
Prix : 1 890 € l'ensemble
Pour : le concept, la facilité d'utilisation
Contre : léger manque de soyeux

 

Sennheiser MM 550X

Sans fil (Bluetooth) mais aussi sans bruit. Ce casque enveloppant intègre en effet la technologie NoiseGard développée par le constructeur allemand. Le système TalkThrough permet de poursuivre une conversation sans ôter le casque grâce à un micro externe. Le MM 550 X est livré avec une housse de transport (le casque se plie), un chargeur USB et son câble et un adaptateur avion.

Écoute

Il reste encore du chemin à parcourir pour que le casque se passe de fil sans négliger la musique. Les timbres n'ont pas en effet la diversité et les nuances attendues. La restitution de l'espace reste également perfectible.
Prix : 299 €
Pour : le confort
Contre : des timbres trop schématiques

retour au banc d'essai